Un peu d'histoire...

Le Pays de Guérande compte environ 1850 hectares de marais salants. Le paludier est celui qui exploite les marais salants. A ce jour, il y a entre 280 à 328 paludiers, dont une quarantaine de femmes. Ces paludiers entretiennent des oeillets, la plupart d’entre eux ne vivraient que du sel. Les salines guérandaises ont connu leur plus grande expansion vers 1850…Aujourd’hui entre 8 000 et 12 000 tonnes de gros sel et  200 à 300 tonnes de fleur de sel sont produits en moyenne.

Indication géographique protégée

Le sel et la fleur de sel de Guérande ont obtenu en 2012, l’Indication Géographique Protégée (IGP). 

 «Pour les producteurs, l’enregistrement de l’IGP garantit une protection de la dénomination » Sel de Guérande et fleur de sel de Guérande« sur tout le territoire de l’Union européenne» 

L’Indication Géographique Protégée est née, à l’instar de l’AOP, de la volonté européenne d’étendre le système d’identification des produits par l’origine. L’IGP distingue un produit dont toutes les phases d’élaboration ne sont pas nécessairement issues de la zone géographique éponyme mais qui bénéficie d’un lien à un territoire et d’une notoriété.